Tag Archives: écriture

Another hero

19 Avr

Le résultat de notre travail sur l’icône avec Laure Limongi est en ligne sur le blog another hero…

 

Publicités

Joli Master

19 Fév

Voilà un beau programme de Master Création littéraire… Oh, mince ! C’est en Angleterre !

Le conte des gueux 4 : l’atelier ERASTINULO

11 Fév

Les gueux se dirigèrent tête basse vers leur troisième atelier d’écriture. Ils commençaient à perdre patience et à se dire que leur quête de l’écriture était vaine et sans espoir. Ils ouvrirent en soupirant la porte du troisième atelier et se retrouvèrent en terre erastinulienne. Cet atelier était tenu par une grande hydre calme aux manières douces et civilisées. L’une de ses têtes s’appelait Élise. L’autre, Maxence. « Remettez vos manteaux, dirent les deux têtes, nous partons visiter la grotte sacrée où sont entreposées les écritures anciennes. » Les gueux traversèrent la ville à la suite de l’hydre et au bout d’une longue marche, sur une butte ensoleillée, entourée de jardins, ils trouvèrent la caverne aux parchemins. « Visitez ce lieu puis revenez nous voir et alors, nous écrirons ensemble » dit la tête qui s’appelait Élise. La tête qui s’appelait Maxence leur fit un sourire d’encouragement. Puis l’hydre redescendit la colline, laissant les gueux vivre leur voyage initiatique. Légèrement tremblants, ils entrèrent dans la caverne. Et là, les visions commencèrent autour d’eux. Ils avaient pénétré dans un théâtre d’ombres.

Erastinulo

Le conte des gueux 2 : l’ogre Bon

11 Fév

La rentrée fut un grand évènement. L’école fit venir un ogre tourangeau pour leur enseigner la grrrande littérature, l’ogre Bon. L’ogre était rablé, couronné de cheveux blancs et ses yeux étaient petits et plissés à force de lire des livres écrits petit et de twitter sur son Ipad. A peine entré dans la salle, il se mit à gronder.
« Avez-vous lu Novarina ? »
Les gueux se tassèrent sur leur chaise, décoiffés par le souffle de l’ogre Bon.
« Avez-vous lu Ponge ? »
La voix enflait, roulait comme une cascade de montagne. Les gueux n’osaient répondre.
« Avez-vous lu Proust ? »
Les gueux recroquevillés ne faisaient que bredouiller, écrasés par leur statut de gueux. L’ogre donna un grand coup de pied dans le mur, de colère et de frustration. Le plâtre vola.
« Ce n’est pas possible ! Qui m’a fichu des gueux pareils ! Je me disais bien, aussi, quand on m’a proposé le Havre ! »

ogrebon

Le conte des gueux 1 : le master création littéraire

11 Fév

Il était une fois neuf petits gueux. Sept d’entre eux étaient d’anciens étudiants en Art. C’est dire s’ils étaient des gueux. Il y avait aussi deux titulaires de diplômes obsolètes : une maîtrise d’Anglais et une maîtrise de Lettres. Dans leur pays, on considérait que certains naissaient avec un don (purement décoratif, et peu rémunérateur), le don de « savoir écrire ». Les petits gueux écrivaient depuis toujours, ou en tous cas depuis longtemps, en marge de leur métier, pour certains, de leur activité artistique (elle aussi purement décorative et peu rémunératrice) pour d’autres. Ils n’avaient pas pour autant l’impression de « savoir écrire ». Et dans leur pays, comme je le disais, contrairement à certaines contrées plus ou moins lointaines, on considérait qu’écrire ne s’apprenait pas. D’ailleurs, les petits gueux ne voulaient pas « apprendre à écrire ». Ils voulaient travailler, progresser, cheminer, discuter de l’écriture. Et là, le miracle se produisit : dans la ville pourtant reculée dans laquelle ils vivaient s’ouvrit un Master Création Littéraire.

gueux72gris