Le conte des gueux 6 : la fac

19 Fév

On avait dit aux gueux « La pratique c’est bien, mais sans un peu de théorie, cela revient à essayer de vider une tête qui n’a jamais été pleine. » Ils devaient donc aller suivre des cours à la fac. Il fallait pour cela se mêler à des étudiants en lettres. Ils étaient intimidés, mais Stéphane, le gueux qui avait une maîtrise de lettres leur dit : « Ne vous inquiétez pas, je suis passé par là, ce n’est pas si terrible. » Les gueux se mouchèrent dans leurs manches, essuyèrent leurs joues crasseuses et traversèrent la route qui les séparaient de ce temple du savoir: la fac de lettres. Ils devaient se rendre dans des salles bizarrement étiquetées de noms de colorants alimentaires. D203. A121. A319. Les petits gueux, après avoir beaucoup cherché les bonnes salles de classe dans la grande bâtisse finirent par s’y retrouver. Les étudiants en lettres avaient déjà pris place. Devant leurs cheveux propres et brillants, les gueux se sentirent encore plus gueux. Ils n’osaient pas s’asseoir trop près d’eux pour ne pas leur refiler la gale. Mais les étudiants en lettres leur firent un sourire. Il ne les méprisaient donc pas. Ces deux mondes pouvaient peut-être cohabiter.

fac

Publicités

Une Réponse to “Le conte des gueux 6 : la fac”

  1. racineeticare février 21, 2013 à 9:53 #

    A reblogué ceci sur Racine Et Icare and commented:
    Apprendre à écrire? Oui, bien sûr !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :